Gestion d'équipes sportives

Je n'ai pas l'intention de donner des cours ou d'installer une chaire, juste de prodiguer des petits conseils pour aider les entraîneurs et directeurs sportifs dans l'élaboration de leurs fonctions et dans l'atteinte de leurs objectifs. Ces conseils sont le résultat d'essais et d'erreurs et donc de l'expérience développée tout au long de ma carrière et surtout ces dernières années, au cours desquelles j'ai décidé de "devenir indépendant" et d'être entrepreneur (j'ai pour objectif particulier de choisir le moment où pandémie mondiale).

J'espère qu'ils sont serviables.

1. Objectif clair : il doit être l'essentiel lors du démarrage de tout projet sportif qu'il s'agisse d'une société sportive à but non lucratif ou, au contraire, d'une activité commerciale, il est important de savoir quel secteur sportif et social viser, dans quel but, quelle couverture et quels services nous offrons.


2. Activité différente et innovante : peut-être la partie la plus difficile du processus, il semble que tout a déjà été inventé dans le monde de la formation, cependant, pour que notre projet ou organisation réussisse, nous devons nous différencier du reste, du "concours". Pour ce faire, à titre de conseil personnel, analysez attentivement le contexte dans lequel vous travaillez en
vos équipes pour pouvoir extraire quelles sont les qualités ou les points forts que vous possédez et pouvoir les exploiter. Je vais vous donner un exemple : dans mon cas, quand j'ai commencé à travailler dans les équipes de triathlon que je gère et entraîne actuellement, je me suis rendu compte que les entraînements de course et de natation étaient très structurés et organisés, mais curieusement, les entraînements de cyclisme étaient complètement anarchique et sans but. Fondamentalement, les triathlètes sont restés entre eux (petits groupes en raison de l'amitié ou de la proximité) pour sortir et rouler en faisant le volume et l'intensité qu'ils pensaient appropriés ou qu'ils ressentaient à ce moment-là, quel que soit le moment de planification dans lequel nous étions ou le type de semaine que nous allions développer plus tard (chargement, ajustement, impact ou téléchargement), avec le désordre que cela pouvait occasionner dans ses performances. A cette époque j'ai analysé les besoins de ces équipes et décidé de proposer une activité dirigée, organisée et orientée
pour améliorer la performance de chacun de ces triathlètes, en l'ouvrant à d'autres cyclistes qui font aujourd'hui partie de mes équipes cyclistes Bestyourself Cycling (vous pouvez nous voir sur RRSS).


3. Structure interne définie et claire : un organigramme clair dans lequel chaque poste est défini, avec ses fonctions bien précisées et claires, de manière à ce que tous les postes de l'équipe, du club ou de l'entité sportive fonctionnent comme un moteur bien rodé , où tous collaborent et travaillent ensemble sans prendre de terres étrangères afin d'atteindre l'objectif principal, le développement et l'amélioration de leurs athlètes (à quelque niveau que ce soit : amateur,
compétition, élite, etc.)


4. Un plan marketing et publicitaire clair : c'est essentiel pour moi aujourd'hui, tant du point de vue de la croissance de l'équipe que de la nécessité de faire connaître nos activités, nos objectifs, nos réalisations et notre "feuille de route". De nos jours, être présent sur les réseaux sociaux est essentiel pour permettre le développement et la croissance de toute entité sportive. Avoir une personne chargée de collecter le matériel audiovisuel des entraînements et des compétitions qui ont lieu et de publier périodiquement ces événements est
cela semble très nécessaire (j'oserais dire presque obligatoire).


5. Recherche de collaborateurs et de sponsors : ce point en ces temps de crise économique semble impossible. Mais je vous dis cela de ma propre expérience, en cherchant des marques et des entreprises liées à l'activité, en leur présentant un dossier attractif et, surtout, en leur offrant un retour économique sur leur investissement à moyen ou long terme, même pour ceux des marques qui au départ ne nous semblent pas pouvoir avoir des synergies directes,
Avec le temps, vous vous rendrez compte que vous avez beaucoup à offrir et à recevoir des autres. Je vais vous donner plusieurs exemples : dans nos équipes cyclistes, nous avons le parrainage de marques de compléments sportifs, de vêtements de cyclisme et de triathlon, d'optique sportive, d'une clinique de physiothérapie, d'un atelier de mécanique, d'un atelier de réparation et de vente de vélos et d'une cafétéria, chacun d'entre eux avec qui ils collaborent nous et nous font grandir et en retour nous retournons la faveur, à la fois en utilisant leurs services et en faisant de la publicité sur les réseaux sociaux et les équipements que nous portons.


6. Plan de motivation pour nos athlètes : avec qui ça tombe c'est un autre des points à souligner en majuscules. Les athlètes (et n'importe qui de nos jours) sont très punis par les circonstances ; restrictions, maladies, manque de concurrence, etc. Il est nécessaire pour nous, entraîneurs et organisateurs, de chercher des alternatives à ce
contexte accablant. Vous pouvez créer un calendrier de vos propres événements, tels que des entraînements spéciaux où la pratique sportive et la participation à des conférences sont combinées (dans n'importe quel domaine ; coaching, nutrition, étirements, travail de force, mécanique, amélioration de l'entraînement, planification, etc. .) . Autre possibilité, les sorties ou compétitions « vélo » comme les contre-la-montre et les contre-la-montre par équipe, toutes exclusivement réservées à nos athlètes (voire à ceux qui ne font pas partie de nos groupes tant que nous sommes intéressés et que les protocoles sanitaires sont garantis), où nous leur proposons un dossier de l'activité, programme, ravitaillements, parcours balisé, voiture d'assistance, voiture balai, etc., tout élément qui vient à l'esprit qui peut valoriser l'activité et pallier ce manque de compétitions « officielles ».


7. Événements « spéciaux » de fin de saison ou même pendant la saison : avoir un objectif de « fin de saison » qui vous est propre peut nous aider à fixer des objectifs d'amélioration de la performance parmi les nôtres. Dans nos équipes, nous proposons à nos cyclistes et triathlètes deux ou trois événements que nous organisons dans les parties de la saison où nous souhaitons atteindre un bon pic de forme (avril-mai et juin-juillet) et où nous avons également des périodes estivales pour organiser un déplacement hors de la résidence
habituel (Madrid) où ils les amènent à se concentrer avec l'équipe pendant plusieurs jours, cela suffit à les garder motivés et enthousiastes tout au long de l'année, pour que vous puissiez vous faire une idée. À Pâques, nous partons 4 jours pour nous entraîner avec le vélo, en juin, nous faisons une semaine de concentration cycliste et triathlète et en juillet, nous passons une semaine de plus avec le vélo, ce qui coïncide avec un tour cycliste professionnel. Comme vous l'aurez deviné, ce sont des formations intensives où nous profitons de l'occasion pour les former aussi théoriquement à travers des causeries, nous réalisons d'autres activités sportives comme le trekking, le vtt et nous donnons aussi de bons coups de loisirs avec SPA, rafting, etc.


8. Rechercher des financements supplémentaires : les municipalités offrent des aides et des subventions aux clubs municipaux et aux organismes à but non lucratif. Certaines entités privées offrent également des subventions aux écoles de sport (comme l'un de mes gourous, Chema Arguedas, qui offre une subvention pouvant aller jusqu'à 3 000 € à des projets qui développent des écoles de cyclisme en Espagne) de votre mairie et communauté autonome ainsi que la fédérations régionales et nationales de cyclisme, triathlon, etc.

9. Souscrire une assurance accident et responsabilité civile: qui couvre tous les entraîneurs et le personnel de l'équipe et tous les athlètes (ces derniers, il est préférable d'avoir la licence fédérative correspondante), de cette façon nous pouvons nous entraîner et concourir l'esprit tranquille en sachant que nous allons être couvert contre tout (espérons-le
non) vicissitude ou accident que nous pourrions subir. Ne prenez pas ce débours en assurance comme une dépense mais comme un élément de bien-être et de tranquillité pour tous.


10. Et enfin : Bien que je l'ai laissé pour la fin, c'est probablement le plus important de tous les conseils : ne vous lassez pas de vous entraîner, d'enquêter, de réfléchir à comment vous améliorer, d'analyser les vertus et les défauts et , avant tout, d'être à l'écoute de vos athlètes, est la meilleure et la seule façon d'offrir un service plus complet et personnalisé qui soit véritablement à l'écoute des besoins et des préoccupations de vos athlètes. Demander régulièrement l'avis de
ceux à qui vous offrez vos services, écoutez-les et changez, cela signifiera pour eux que vous vous souciez et prenez la peine de les servir et pour vous, le succès et la croissance de votre activité.

J'espère que ces conseils que je vous propose vous aideront dans votre avenir à la tête d'une équipe sportive, croyez-moi, je comprends vos inquiétudes et vos difficultés (j'en souffre moi-même), le chemin n'est pas facile et est semé d'embûches et en plus, peu de gens sont capables de voir les gros efforts que nous devons faire pour que les projets avancent et se développent petit à petit. Comme vous et moi le savons bien, nous ne faisons pas cela par reconnaissance, mais pour offrir aux autres juste une petite partie de ce que le sport nous a donné au fil des ans et ça, mes amis, c'est… MERVEILLEUX.

Si vous avez besoin d'aide pour guider votre préparation ou si vous cherchez un coach qui puisse vous guider pour affronter la nouvelle saison, je serai heureux de vous aider, contactez-moi sans engagement à l'adresse e-mail suivante : bestyourself@outlook.es ou sur mon site internet : www.bestyourselfcycling.com

Manuel Brihuega Jiménez - Directeur technique et formateur.

Auteur : Manuel Brihuega Jiménez - Directeur technique et formateur.

Ecrire un commentaire