Francisco Javier Nieto | @javihilo

Dans l'interview qui suit, nous essayons de connaître un peu plus "Francis".
Il a rencontré la marque en tant que client il y a plus de 15 ans et il fait aujourd'hui partie de la famille Roger Sport.



Parlez nous de vous. D'où viens tu? Quel travail faites vous?

J'ai 52 ans et je travaille dans un magasin de moules à Zamudio. J'habite à Durango (Biscaye) et ce qui a commencé comme un sport pour perdre du poids et rester en forme est devenu mon grand passe-temps et ma soupape d'échappement pour les moments difficiles.

Comment concilier travail et sport ?

A l'heure actuelle et étant malheureusement à ERTE, vous avez beaucoup de temps et ce qu'il vous reste est du temps pour cela.
Dans des situations normales, c'est plus compliqué, mais je cherche toujours ce moment. De plus, je vais au travail à vélo depuis plusieurs années, partant à 6 heures du matin pour parcourir 32 kilomètres aller et 32 ​​kilomètres retour, atteignant plus de 5 000 kilomètres par an en allant exclusivement au travail.
La clé pour rechercher le moment est d'être toujours prêt et d'apprécier ce que vous faites, il n'est donc pas si difficile pour vous de sortir à des heures indues.

Combien d'heures/semaine consacrez-vous au sport ?

Je consacre ce que je peux et il me quitte jour après jour. En général, si nous ne préparons pas de test spécifique, un minimum de 12 heures par semaine réparties entre 4 et 7 jours par semaine.

Quel a été votre premier test ?

J'imagine que ce serait la montée à Belatxikita, un événement local à Amorebieta, organisé par Extrem Zornotza.
Faire cette épreuve de 9 km en montée était « mon challenge ». Maintenant je vais faire environ 30 tests par an et pas plus car l'économie ne le permet pas.

Voici les tests dans lesquels j'ai réussi à faire Podium depuis 2013 :

  • Mame Marathon Septembre 2013 — 3ème Master 40
  • II mars vtt Alesanco (La Rioja) août 2014. — 1er
  • VTT Picón Blanco (Burgos) — 1er Master 40
  • III mars vtt Alesanco (La Rioja) juillet 2015. — 1er
  • IV mars vtt Alesanco (La Rioja) juillet 2016. — 2ème
  • Bideak Iñakiren terminé. 4 et 5 septembre 2018.
  • Tierra Estella Epic (Navarre) 6 octobre 2018. — 3e Master 50
  • II mars Ribadesella (Asturies) 17 mars 2019. — 3e équipe.
  • Badaia Bike marathon (Álava) 14 avril 2019 — 2e Master 50
  • Gernikako btt Jaia (Biscaye) 12 mai 2019 — 2e.

Quelle épreuve a été la plus difficile ? Parce que?.

Je pense aux 10 000 de Soplao de Btt (2012). En raison de la météo, il y a eu beaucoup d'abandons, je pense que sur environ 6 000 cyclistes, nous en avons terminé environ 1 000. D'un autre côté, quelque chose de similaire s'est produit en 2019 et j'ai également réussi à terminer.
Un autre qui m'a semblé très difficile et j'avais très peur était le Dolorosa à Huesca, je n'oublierai jamais d'aller seul dans les montagnes en pleuvant des mers, du tonnerre et des éclairs tombant près de chez vous. Indescriptible.
L'un des grands froids est le défi Helios. C'est un test qui se déroule généralement la dernière semaine de janvier et consiste en une étape en ligne de 125 km de Belorado à Lerma et avec une température de -10 degrés.
Bien qu'il ne s'agisse pas d'un test en tant que tel, la reine à mon avis est le bideak Iñakiren.
Chaque année, le premier week-end, de nombreux cyclistes se réunissent et parcourent Euskadi en VTT en souvenir de feu Iñaki Lejarreta et par respect pour les cyclistes sur la route. Il y a 9 relais non-stop où il y a un guide qui porte un bracelet et donne un rythme pour atteindre tous les relais à l'heure où les cyclistes restent et d'autres se joignent. Il s'agit d'une épreuve qui débute samedi à 4 heures du matin dans la commune de Berriz parcourant environ 428 km en 38 heures, s'arrêtant au maximum 15 minutes à chaque relais. Je me souviens qu'il m'est venu à l'esprit que je pouvais essayer de faire tous les relais et arriver à aller au rythme des autres et en 2018 j'ai réussi. Ce que j'ai vécu avec cette expérience était incroyable, la camaraderie, les gens que j'ai rencontrés, comment ils m'ont hébergé et un fidèle écuyer "Zunbeltz" que j'avais à côté de moi la deuxième nuit pour ne pas m'endormir, voir le coucher, le lever du soleil au bord de la mer, tout ce qui me donnait de la force. En plus de tout ça, je pense que "Iñaki" m'a poussé à un moment donné. Soit dit en passant, il convient de mentionner qu'il s'agit d'un test que personne n'a encore réussi à terminer sans arrêt.

Quel outil mental utilisez-vous pour les moments critiques ?

Il est difficile d'expliquer. Cette capacité à souffrir qu'a le cycliste s'obtient par des sacrifices quotidiens, alors quand le moment de fatigue arrive, c'est "l'esprit vide" vous passez la vitesse supérieure et vous vous mettez en mode "économie", si l'épreuve est très longue vous risquez récupérer et si vous ne finissez pas c'est votre victoire.

Avez-vous ou avez-vous eu une blessure due au sport ?

Quelques:
Clavicule cassée suite à une chute sur la route.
2 descentes majeures en VTT. Dans le cas le plus grave, je me suis cogné le visage contre une pierre, j'ai eu une fracture du crâne, un doigt cassé et des ecchymoses de tous les côtés.
Le casque m'a sauvé la vie plusieurs fois. Je dis toujours la même chose, quand tu tombes, le "deuxième" coup te frappe à la tête, si ce n'est pas le premier. Gardez toujours votre tête protégée.

Parlons nourriture. Suivez-vous un régime pendant les préparations ? Hors d'eux?

La nourriture, mon talon d'Achille, je ne suis habituellement aucun régime, chaque année je dis que je vais suivre un régime spécifique pour bien rouler, mais au final je ne le fais jamais, je ne me prive de rien, comme je je ne suis pas en compétition pure et dur je ne le fais pas, je pense qu'une année je vais l'essayer.

Pourquoi le vélo et pas un autre sport ? Qu'est-ce qui vous a attiré dans le cyclisme ?

Je sais que c'est un sport très exigeant, c'est pourquoi je l'aime plus, je pense que j'ai beaucoup de capacité à souffrir et les années vous donnent plus d'expérience pour cela. En revanche, ces heures que vous passez seul à vous entraîner vous laissent le temps de réfléchir à vos affaires, à vos problèmes. J'en ai résolu beaucoup comme ça.
Et quand vous partez avec plus de gens, il y a de nombreuses heures de camaraderie, de discussions, de cafés, etc. En plus des lieux de rencontre, des nouvelles personnes, je pense que tu te fais des amis qui sont pour toujours.

Vous aimez le RRSS ?

Pourquoi le nier, la vieillesse variole, de plus en plus, s'informer, rencontrer des gens et se faire connaître je pense que c'est bien et plus ceux d'entre nous qui ont un âge qu'on peut toujours apprendre quelque "truc" aux plus récents.

Comment vous définiriez-vous ?

Eh bien, je me définirais comme un amoureux du vélo.Je me souviens de mes débuts quand j'ai fait 20 kilomètres et que je suis rentré chez moi en tant que vainqueur du tour et maintenant je peux en faire 200 sans y accorder d'importance. Même si j'ai toujours la même envie de m'améliorer et de profiter de la moto, de l'environnement et des amis qu'au premier jour. Bien sûr, si on met un chiffre on se transforme.

Comment vous voyez-vous dans les mois/années à venir ?

En ce moment, nous serions tous nerveux en pleine préparation de la saison, toujours attentifs à nous inscrire à des marches, des courses et à ne pas rester en dehors de celles-ci. Mais avec le covid, ce "bug" nous a tous découragés.
Nous espérons que petit à petit nous verrons la lumière et reviendrons à la normale, même si cela ne nous empêche pas de continuer à essayer de nouveaux matériaux et à nous améliorer de jour en jour. Au final, je pense que c'est ce que je fais de mieux.

Quels objectifs sportifs as-tu à moyen terme (6-18 mois) ? Et à long terme ?

Si je pouvais, j'aimerais me mettre à l'épreuve et essayer de faire des tests non-stop. Pour le reste, je continuerai à faire des tests dans la zone nord comme je le fais toujours, chaque année on essaie quelque chose de nouveau, mais pour le moment c'est compliqué.

Si vous deviez donner un seul conseil à quiconque pratique le vélo depuis peu de temps. Quel serait?

L'essentiel est de profiter.
Mon conseil est de commencer par vous fixer des objectifs que vous pouvez atteindre, de ne pas démarrer la maison du toit mais petit à petit, car au fur et à mesure que vous vous améliorerez et vous améliorerez, vous monterez la barre. Soyez patient que tout arrive

Vous verrez comment vous découvrez un nouveau monde, mais soyez prudent car lorsque vous entrez dans cette boucle, il est difficile d'en sortir.



Instagram

Facebook
Strava

Ecrire un commentaire